Et si on avait atteint l'apogée d'un despotisme mental, insidieux et sournois, dont la puissance aquise n'a d'égal que son formidable talent à se faire passer pour autre chose ? C'est ce mecanisme dont nous dénoncions le risque à gorge déployé, voilà plus de deux décennies, qui nous réduit aujourd'hui à nous exprimer de façon 'politiquement correct' sous peine d'être privés de notre dose de techno quotidienne, ou pire, condamnés à apprendre le solfège (gulp..) Nous voilà donc arrivés à échéance, et c'est dans une quasi-clandestinité qu'il nous faut dorénavant pratiquer nos sortilèges, crypter nos messages et distribuer nos espoirs sous le manteau ...